Search
  • Csenge Bíborka

Herbier du cœur

Exposition personnelle


Je vous invite chaleureusement à mon exposition « Herbier du cœur » !

Le vernissage aura lieu le vendredi 13 septembre à 18h30, avec un interlude musical par la harpiste Laudine Dard, à la Galerie Le Bunker, à Sainte-Croix (canton Vaud, Suisse).

Je suis fière du résultat de mes élèves dont les travaux seront présentés dans l'une des salles de la galerie.

La clôture sera honorée par le concert à la harpe d'Esther Sévérac le dimanche 6 octobre à 17h30.


Le merveilleux des fées helvétiques,

exprimé par un humain


Je vous invite à découvrir le monde secret d’un conte de fées helvétiques en trois saisons, hiver, printemps et été, trois merveilles qui habillent la nature dans des nuances splendides d’une palette virtuose!

Par la simple contemplation du travail silencieux de la plus grande artiste–créatrice, la Nature, une vie riche, belle et harmonieuse nous est déjà acquise. En allant plus loin, que donnerait une observation plus audacieuse de ce monde féerique ? C’est là où l’histoire va commencer à s’épanouir, à être palpitante!


Nous allons avoir la possibilité d'observer des instants de vie de ces créatures féeriques, des scènes qui représentent leur écosystème et leur biorythme. Nous allons nous approcher d'Elles en douceur, depuis notre perspective humaine, à la manière d'un documentaliste ou d'un reporter, sans les déranger.


Pour quelle raison ai-je utilisé le genre féminin en me référant à ces créatures féeriques ?

Par le simple désir de différencier les espèces humaines et féeriques.


En partant du constat que l'espèce humaine est catégorisée par le genre masculin – l'Homme - j'ai choisi le genre féminin pour caractériser l'espèce féerique, bien que nous allons rencontrer également des créatures mâles lors de notre voyage dans cet écosystème, par exemple le petit Töhötöm (mammifère féerique préhistorique) ou Rudolph (présenté dans la collection «Winter Wonder »).


Dans la tradition philosophique, la femme apparait pendant des longs siècles comme représentante du genre féminin en tant qu’autre sexe, par comparaison à l’homme qui sert de point de repère en tant que représentant de l’humanité, et non seulement comme représentant de son genre. Cette dichotomie a établi finalement une hiérarchie entre les deux genres. Sans la moindre revendication féministe, désigner le genre féminin comme représentante de l’espèce féerique est un geste plutôt humble, une sorte d'hommage silencieux fait aux femmes.


Tout ce qui a été dit de l’humanité dans les traités philosophiques l'a été comme sous-titre de l’Homme (avec un grand "H"). Tout ce qui va concerner l’espèce féérique va l'être par le genre féminin.


Ce sont des êtres qui nous ressemblent un peu, à nous humaines, par leur conscience de soi, mais qui sont en fait très différentes de nous par leur profond amour de la nature. Malgré cette conscience et la conscience de leurs capacités extraordinaires, Elles gardent la pureté immaculée dans leur cœur sans jamais avoir eu la moindre brise d’idée de posséder la Terre et la Nature. Elles considèrent ces dernières comme sacrées. En tant qu'êtres humains, nous entretenons des relations égocentriques avec le monde et nous-mêmes. En revanche, Elles sont dévouées au monde centré sur la nature. En échange de cette dévotion, de leur existence silencieuse, sereine et bienveillante, Elles reçoivent en récompense ce que nous, humains appelons par incompréhension des pouvoirs surnaturels. Cela devient presque cocasse et ironique que ces capacités soient, pour les fées, naturelles et quotidiennes. Elles les utilisent d'ailleurs avec mansuétude et une absolue modestie. Le surnaturel est une notion inexistante pour Elles.


Existent-Elles vraiment ou sont-Elles le résultat de notre créativité, de notre “si belle et si étonnante” capacité humaine à imaginer?


Sans vouloir à tout prix trouver la bonne réponse, nous pouvons affirmer que l’essentiel est de les posséder en nous, nous tous, qui désirons continuer à admirer la nature et les contes de fées avec la pureté joyeuse d’un enfant. Nous avons besoin d’Elles, et nous avons le droit absolu de les aimer, sans limitation d’âge ni de genre. Elles nous proposent une alternative intéressante à un environnement si souvent froid et sans âme et nous permettent de nous échapper du monde urbain stressé et qui se replie sur lui-même dans une spirale infinie.


Mon Parcours professionnel

Je viens d'une famille hongroise de Transylvanie, qui était un territoire hongrois jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale - avec un intermède durant la Seconde - et qui appartient aujourd'hui à la Roumanie. Ma langue maternelle est le hongrois et je parle couramment l'anglais, le français et le roumain.


J'ai commencé mes études artistiques à l'âge de 10 ans au Lycée des Beaux-arts de Marosvásárhely (Tîrgu-Mureș), ma ville natale en Transylvanie. Au cours de mes études, j'ai eu l'occasion d'apprendre de nombreuses techniques différentes des principales branches des beaux-arts : peinture, sculpture, graphisme et design textile.


J'ai poursuivi mes études à la faculté de peinture de L'université d'Art et de Design de Cluj-Napoca (Kolozsvár). Après trois années universitaires, j'ai suivi deux années d'études de Master en histoire de l'art à l'Université Babeș-Bolyai, dans le programme de Master « Recherche et mise en valeur du patrimoine culturel ». Entre temps, j'ai fait des études supplémentaires en muséologie, j’ai obtenu la qualification de muséologue senior et j'ai occupé un poste de curateur au Musée des Beaux-Arts de Cluj-Napoca. Au cours de cette période, j'ai participé à de nombreuses expositions, à la fois en tant qu'artiste et en tant que commissaire d'exposition, et j'ai également écrit des articles et des textes scientifiques.


Actuellement je suis active en tant qu’artiste plasticienne et professeur de peinture et de dessin. C'est une association que je trouve très heureuse : pratiquer notre passion, vivre à plein notre art et transmettre les techniques et les approches esthétiques accumulées au long de nos expériences.


Mon Ars Poetica


Dans mon univers artistique, la Nature est absolument nécessaire, je chéris la Nature comme un ultime refuge, un refuge majestueux. On retrouve les origines de ce concept dans l'idéologie humaniste de la Renaissance, ultérieurement développée dans le Romantisme.

Je crois que Olivier Messiaen (1908-1992), célèbre compositeur, organiste et ornithologue français, a bien défini dans une phrase poétique la Nature comme source d’inspiration :

“La Nature, trésor inépuisable des couleurs et des sons, des formes et des rythmes, modèle inégalé de développement total et de variation perpétuelle, la Nature est la suprême ressource !”


Paysages, forêts, montagnes, falaises, collines, pâturages et prairies, la vie sereine des animaux sauvage, chants d'oiseaux, craquements du bois, couleurs et formes variées de plantes et d'arbres, minuscules détails de fleurs champêtres, vibrations des feuilles fines, des rayons de soleil chaleureuses, nuances de forêt rafraîchissantes et magiques, la musique de la pluie, le calme du neige fraîche et scintillante, et je pourrais continuer l'énumération, la Nature est une telle source d'inspiration !


Mon art se compose principalement de peintures à l'huile, d'aquarelles et de "créatures miniatures" (personnages féeriques sculptés) réalisées à partir de différents types d'argile légère et de porcelaine Bone China. Au cours du processus de montage de ces sculptures féeriques, je fais appelle souvent à la couture en tant que domaine interdisciplinaire. Pour le montage, j'utilise des peintures pour la porcelaine et de l'acrylique, différents types de textiles, des pierres semi-précieuses, des perles et de nombreux composants naturels.


Je donne une grande importance à la construction des compositions qui expriment mon désir de création et découverte de la beauté au cœur de la nature : mon but est de créer à chaque fois une atmosphère spécifique, qui reflète le côté féerique de la nature suisse.

La particularité de mes œuvres est que chacune d’entre elles a vu une facette différente des régions suisse, certaines à des milliers de mètres d’altitude avec des panoramas à couper le souffle, d'autres au cœur de forêts colorées, émerveillées par des chants d'oiseaux. Ainsi, lorsque vous tenez dans vos mains une de mes créations, vous avez également le souvenir d'une région particulière.

17 views

©2018 by Csenge Biborka Bertaux. Proudly created with Wix.com